MDI Constructions, membre du réseau Netbox

À propos des constructions hors site

Par définition, la construction hors-site (off site building en anglais) est un mode de construction industrialisé centré sur la préfabrication et non sur le chantier. Comme le définit Pascal Chazal, fondateur du magazine « Hors-site », lors d’une construction de ce type, on planifie, conçoit, fabrique les éléments d’un bâtiment en atelier ou en usine. C’est ensuite transporté puis assemblé sur le chantier. Le modulaire est la version la plus avancée de la construction hors-site. À noter qu’une construction hors-site modulaire peut être réalisée jusqu’à 80% en atelier ce qui engendre, comme vous pouvez vous en douter, une importante économie en terme de temps et d’argent.

Les avantages des constructions industrialisées

Initialement destinées à répondre à des besoins temporaires, les constructions industrialisées ont rapidement montré de nombreux avantages: moins chères, moins bruyantes, plus écologiques, plus rapides et bien d’autres encore.

Moins de nuisance sonore

Dans des grandes villes comme Singapour, afin de parer aux nuisances sonores, la construction hors-site est devenue la seule solution. Rendez-vous compte de l’impact psychologique sur les habitants s’ils devaient endurer pendant trois ans les bruits incessants liés à la construction d’une tour de 140 m de haut. Permettant une construction jusqu’à 80% en dehors du chantier, les nuisances et perturbations environnementales sont nettement réduites. Les travaux sur place ne se limiteront principalement qu’aux raccordements aux réseaux et aux raccordements structurels et mécaniques des différents modules les uns aux autres.

Amélioration des conditions de travail

N’est-il pas plus facile et sécurisé de travailler dans un entrepôt plutôt qu’en extérieur parfois sous des températures extrêmes ? La construction hors-site a cet avantage non négligeable offrant aux travailleurs des conditions de travail plus supportables. En découle ainsi une meilleure qualité du travail. En effet, tout ce qui sera fait en usine sera mieux fait que sur le chantier. En améliorant les conditions de travail, on améliore ainsi la qualité du travail final.

Gain de temps et donc d’argent

C’est un des avantages les plus importants, la construction hors-site permet un gain de temps conséquent. En effet, selon différentes études, la construction industrialisée permettrait de construire 2 fois plus vite qu’une construction classique sur chantier. À titre d’exemple, la société suédoise Linbäcks, géant national de la construction en bois, propose d’assembler un immeuble à logements modulables de 5 étages en seulement 10 semaines, une fois la dalle coulée.
Ainsi, la tenue des délais est plus facilement respectée permettant de supprimer les frais de retard que la société de construction est en devoir de régler en cas de dépassement.

Plus respectueux de l’environnement

À ces avantages s’ajoute en effet le facteur environnemental sous bien des aspects. Premièrement, on constate une réduction du nombre des trajets allant jusqu’à 50%. Fini la valse des camionnettes et autres machines de chantier faisant les aller-retours entre l’entreprise et le chantier. L’empreinte carbone est ainsi réduite considérablement.

La construction en usine permet également une meilleure gestion des matériaux et une réduction des déchets et de la consommation d’eau notamment. Si on prend le cas de constructions modulaires avec des containers maritimes, nous avons également l’aspect de réemploi de matières premières.

Recyclage possible des modules

L’avantage des modules c’est qu’ils s’installent aussi facilement qu’ils se démontent. En effet, si la vie des bâtiment ne peut être allongée, les constructions hors-site peuvent être quant à elles démontées et réutilisées à un autre endroit pour une autre fonctionnalité. Cette particularité regroupe ainsi l’aspect écologique et économique des constructions modulaires.

Constructions hors-site et le marché français

Que ça soit aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou encore en Nouvelle-Zélande, le recours de la construction hors-site est devenu quasi-systématique. De nombreux acteurs tels qu’Ikea, Amazon ou encore Google se sont déjà positionnés sur le marché avec l’achat d’entreprises ou la création de plusieurs filiales. Pour exemple récent, le groupe hôtelier américain Marriott s’est dernièrement associé avec Ikea pour créer Moxy, une chaîne de 200 hôtels en Europe qui seront pour la plupart en construction modulaire.

Qu’en est-il de la France?

Il semblerait que malheureusement, le marché de la construction hors-site peine à s’imposer dans notre pays. Le gouvernement en est néanmoins conscient. Une mission a été lancée en début d’année 2019 par le ministre du logement actuel, Julien Denormandie, visant à accélérer l’innovation en terme de logement. Certains travaux de cette mission porte notamment sur le développement d’une filière de construction hors-site en France.

Des résistances culturelles

Aujourd’hui, les réticences à propos des constructions modulaires sont nombreuses chez les français. Solidité, résistance aux intempéries et au temps qui passe, isolation,… autant de remises en question sur les constructions hors-site freinant le déploiement du marché en France. Pour contrer ces idées pré-conçues, il faudra à la fois du temps mais surtout des exemples convaincants initiés par des grands acteurs français comme des marques hôtelières ou des groupes du BTP.

Des freins réglementaires et organisationnels

Comme souligné par le magazine « Hors-site » dans son numéro 5: « la loi ESSOC avec le permis d’innover est un véritable progrès, mais peut-être faudrait-il comme en Angleterre mettre en place un organisme d’État comme le BOPAS dont le rôle est de vérifier la faisabilité d’opérations non traditionnelles, de les valider et d’imposer aux assureurs de tenir leur rôle»

Pour aller plus loin, la construction hors-site nécessiterait un changement de modèle économique. En 2018, l’Agence Qualité Construction (AQC) a réalisé un rapport sur la construction modulaire avec la conclusion suivante:  « Avant de s’engager dans ce type de construction, chacun doit être vigilant : à la rédaction du marché de travaux ; aux délais globaux du projet et notamment au temps dédié à la conception ; à l’irréversibilité de ses choix lorsque la fabrication est lancée ; à la durée de certaines procédures administratives qui peuvent pénaliser la durée effective du chantier. Les très fortes contraintes liées au stockage, au levage et au transport des modules imposent une parfaite organisation logistique et une très bonne préparation de chantier. Une attention particulière doit également être portée à la facilité apparente des opérations d’assemblage sur chantier. On rejoint là une des préoccupations majeures de tout type de construction : assurer la continuité des plans d’étanchéité à l’eau et à l’air ».

Quel futur pour le marché des constructions hors-site

Le marché actuel de l’habitat modulaire est estimé à 1.6 milliards d’euros selon l’estimation de « Les Echos Etudes » et pourrait doubler d’ici 2030. Comme le souligne Pacal Chazal, fondateur du magazine « Hors-site »: « Le marché potentiel est gigantesque parce que les réponses apportées par la construction hors-site modulaire aux enjeux environnementaux et sociaux sont immenses.Le changement est indispensable, on ne peut plus se satisfaire d’aller chercher des aides de l’état pour continuer à construire, une des voies est l’amélioration globale de la productivité de la chaîne de production immobilière ! « 

La route est encore longue pour le marché des constructions hors-site mais il semblerait que celui-ci ait un avenir brillant et inéluctable devant lui. Affaire à suivre…