Netbox: réhabilitation de friches industrielles

Aujourd’hui, nous les voyons sans les voir. Elles ont vu naître des générations entières, de l’arrière-grand père au petit dernier de la famille. Elles sont passées du statut de mine d’or à celui de fantôme en l’espace de plusieurs décennies.

Nous allons parler dans cet article de ces friches industrielles omniprésentes dans certaines régions de France comme dans l’Est ou le Nord de la France qui « polluent » le paysage français. Aussi disgracieuses qu’imposantes, ces anciennes usines sont au cœur de véritables préoccupations en terme d’environnement mais également en terme d’urbanisation. Même si celles-ci sont désormais fermées et inactives, elles continuerait néanmoins de polluer. Il est en effet fréquent que des déchets dangereux y aient été oubliés ou cachés et soient une source durable de pollution des sols. Le recensement n’est pas achevé, mais rien que dans l’Europe des 15, le nombre de sites pollués a été estimé à 1 400 000 environ, essentiellement à la suite des activités minières, pétrolières, carbochimiques et pétrochimiques, sidérurgiques, des cokeries, de la chimie fine.

Le pays fait également face à des problèmes de logements suite à l’étalement urbain et à la pression démographique croissante de ces dernières décennies. Selon l’Ademe (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), les friches industrielles occuperaient 150 000 hectares de terrain dans le pays, ce qui représente un espace « perdu » et inoccupé considérable.

Si pour certaines collectivités ces espaces industriels fantômes représentent un fardeau, pour d’autres, elles se distinguent désormais comme de véritables enjeux économiques voire même politiques. Nombreuses municipalités ont décidé d’entreprendre des aménagements de ces anciennes friches industrielles pour faire face notamment à la crise du foncier. Détruire une friche industrielle coûterait dans la plupart des cas, plus cher à une collectivité que de la réhabiliter. C’est pourquoi depuis plusieurs années de nombreux projets de réhabilitation de friches industrielles ont vu le jour.

La Friche la Belle de Mai, projet précurseur

S’étendant sur une surface de 120 000 m², cette ancienne manufacture de tabac de Marseille construite en 1868 a laissé place en 1992 (deux ans après sa fermeture définitive), à des espaces de loisirs et à des activités économiques. Répartie en 3 îlots, nous y retrouvons aujourd’hui les Archives Municipales de Marseille, la Conservation du Patrimoine des Musées, le Centre Inter-régional de Restauration et de Conservation du Patrimoine (CICRP), le Fonds Communal d’Art Contemporain et l’Institut National de l’Audiovisuel Méditerranée (INA). L’îlot 2 est quant à lui dédié désormais à tous les métiers s’organisant autour des médias. Il rassemble des entreprises du secteur audiovisuel et offre tous les locaux et services nécessaires au tournage, à la production, à la diffusion et aux prestations techniques d’œuvres audiovisuelles. C’est d’ailleurs ici que se trouvent les studios de la série télévisée Plus belle la vie. Pour finir, l’îlot 3 est devenu le lieu culturel de la ville qui regroupe des salles de spectacles et d’expositions ainsi qu’une soixantaine de structures artistiques et culturelles de toutes disciplines. Les toits ne sont pas épargnés puisqu’ils sont régulièrement utilisés pour les fameuses soirées rooftop de la Friche.

Source: www.madeinmarseille.net/5387-manufacture-tabacs-belle-mai-marseille/

Réhabiliter une friche industrielle avec des containers maritimes

Et pourquoi ne pas réemployer d’anciens containers maritimes dans une ancienne friche industrielle pour en faire quelque chose de nouveau et moderne?

Une ancienne usine transformée en hôtel container

Prenons l’exemple de cet hôtel à Tallinn en Estonie. Le propriétaire a décidé de réhabiliter l’intérieur d’un ancien dépôt de locomotives datant de l’ère tsariste pour le transformer en véritable hôtel. Afin de garder le côté atypique de ce bâtiment, le choix a été de conserver le style industriel de l’usine et de le mélanger à un style plus moderne. Afin d’éviter toute construction en béton pouvant dénaturer le lieu, 84 containers maritimes ont été installés et aménagés en chambres pour les clients. Pour en savoir plus, rendez-vous ici: www.inspirebox.fr/albums/incroyable-hotel-en-container-a-tallinn/

Un ancien entrepôt réhabilité en bureaux containers

Du sol au plafond, cet ancien entrepôt au Portugal, laissé à l’abandon a été redessiné et recrée entièrement pour accueillir les bureaux de la société Spectris Innovation Centre Porto. Transformé en un lieu à la fois fonctionnel, design et accueillant, là encore, le choix s’est porté sur l’utilisation d’anciens containers maritimes afin de constituer des espaces clos. Espaces de réunions, salle de détente, ou encore bureau individuel, cet ancien entrepôt accueille aujourd’hui 60 salariés. Pour en savoir plus, rendez-vous ici: www.inspirebox.fr/albums/un-entrepot-transforme-avec-des-containers-maritimes/

Des nouveaux bureaux dans une ancienne friche

Nous avons également eu l’opportunité de visiter les bureaux d’une collectivité territoriale française réalisés dans une ancienne friche industrielle. Ici encore, la tendance du upcycling nous prouve qu’elle a encore de beau jour devant elle. Les containers maritimes ont également été ici aussi utilisés pour créer des bureaux individuels permettant ainsi d’allier le style industriel des lieux avec la modernité des constructions actuelles.

Quel avenir pour les friches industrielles ?

D’après Matthieu Poitevin, architecture frichier français, l’avenir est prometteur, sans aucun doute. Si les projets de friches industrielles sont encore rares, un nombre croissant d’acteurs du secteur partage avec nous cette conviction que pour être viable, un projet immobilier doit être à la fois évolutif, mixte et durable. Ils sont donc de plus en plus nombreux à accepter d’expérimenter ces nouvelles façons d’habiter la ville. Un autre point fort des friches industrielles est la prise en compte des préoccupations écologiques et sociétales. Il y a vingt ans, on entendait rarement parler de développement durable dans la conception des projets d’architecture et d’urbanisme ; aujourd’hui, c’est une exigence pour l’ensemble des acteurs de la ville. (Source: www.groupe-ogic.fr/matthieu-poitevin-friches/)